top of page
Rechercher

💢 Les courbatures : ça se soigne ?

Dernière mise à jour : 19 déc. 2022


Commençons par définir simplement ce que sont les courbatures :


Vous avez soumis vos muscles à un effort d’une certaine intensité qui a provoqué des micro-déchirures.


Ces micro-déchirures portent le nom de courbature, qui peuvent être plus ou moins douloureuses plusieurs heures après le sport, et durer plusieurs jours.


Les courbatures sont le signe que vos muscles vont se développer suite à l’effort physique que vous avez initialement effectué.


Avec cette définition, on tire déjà une première conclusion qui va à l’encontre de beaucoup de discours que l’on peut entendre aujourd’hui :


🙅🏽‍♂️ On ne traite pas les courbatures !!


Ils sont un phénomène naturel du corps, signal positif d’un renforcement musculaire.


Si vous saignez, vous assistez à la formation d’une croûte (phénomène bien entendu naturel), souhaitez-vous enlever la croûte? Bien sûr que non !


Nous savons bien qu’il faut attendre que la croûte disparaisse d’elle-même !


C’est la même chose pour les courbatures. Il faut attendre que la régénération musculaire se produise. Pas besoin de médicaments, ou de faire une échographie dès que l’on sent le début d’une douleur.


💁‍♂️ Explication :


Lors d’une activité physique, on demande à un ou plusieurs muscles de travailler afin de fournir l’effort.


Dans le cas où vous pratiquez régulièrement cette activité physique, les muscles ne sont pas surpris de la contrainte rencontrée lors de l’effort demandé, car ils y sont habitués.


On parle alors d'entretien physique plus que de renforcement musculaire.


Pour une nouvelle activité, ou la même activité mais plus intense que d’habitude, la disposition du muscle, peu adapté à cette nouvelle “situation”, peut se montrer inadéquate : les cellules musculaires (ou fibres musculaires) les moins résistantes (et donc souvent les plus vieilles) cèdent sous les tensions et engendrent des micros-lésions.


Ce sont ces micro-lésions qui sont à l’origine des douleurs que l’on peut sentir plusieurs heures après un effort important.


Plus exactement, on pense que les micro-lésions musculaires libèrent dans le sarcoplasme (la cellule musculaire) des enzymes responsables d’un processus inflammatoire.

Alertées par ces enzymes, les cellules de l’immunité rappliquent au niveau des zones nécrosées et libèrent à leur tour des molécules chimiques responsables de la douleur et du gonflement.

Cette réaction a pour but de réparer les muscles et même de les fortifier : le muscle est renforcé et gagne en capacités musculaires.

Donc rassurez-vous, les courbatures disparaîtront dans les prochains jours 🚀

Sous l’effet de la répétition, le muscle réagira de moins en moins brutalement aux contraintes subies lors l’effort.

Si cette nouvelle activité physique devient régulière, viendra un jour où les muscles n’auront plus du tout de courbatures les jours suivants l’effort.

Donc n’oubliez pas ! Les courbatures sont des micro-lésions saines, donc il n’est pas nécessaire de traiter ce qui peut vous apparaître comme anormal car douloureux.

💥 Témoin du fait que vous avez poussé l’effort physique au-delà de votre habitude, ils montrent que vous avez réalisé une activité qui renforcera les muscles qui ont été sollicités.


⚖️ Il s’agit alors de doser l’effort produit lors de l’activité physique pour se renforcer en toute sécurité.




Je ne vous donnerai aucun chiffre, aucune norme, car la dose nécessaire pour considérer s’être renforcé est différente pour nous tous.


⛔️ A chacun ses limites.


Tout l’enjeu d’une session de renforcement musculaire est de suffisamment solliciter le muscle pour qu’il se renforce, mais dans une certaine mesure afin de ne pas trop pousser l’effort.


Apprenons à connaître les capacités de nos muscles afin de les améliorer le plus efficacement possible.


C’est en connaissant nos capacités et nos limites que l’on s’assure l’évolution la plus efficace et la plus sécurisante.


Let’s Move 💪🏼


Sources :

Barlas, JA. Craig, J. Robinson, DM. Walsh, GD. Baxter, JM. Allen, Managing delayed-onset muscle soreness: lack of effect of selected oral systemic analgesics., Arch Phys Med Rehabil, volume 81, issue 7, pages 966-72, Jul 2000, doi 10.1053/apmr.2000.6277, PMID 10896014

JM. Lecomte, VJ. Lacroix, DL. Montgomery, A randomized controlled trial of the effect of naproxen on delayed onset muscle soreness and muscle strength., Clin J Sport Med, volume 8, issue 2, pages 82-7, Apr 1998, PMID9641434


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2 Post
bottom of page